La Haute Autorité de Santé (HAS) : test de la performance de l’environnement de télétravail

La Haute Autorité de Santé (HAS) a été créée par la Loi du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie afin de contribuer au maintien d’un système de santé solidaire et au renforcement de la qualité des soins, au bénéfice des patients.

La HAS est chargée : d’évaluer scientifiquement l’intérêt médical des médicaments, des dispositifs médicaux et des actes professionnels et de proposer ou non leur remboursement par l’assurance maladie ; de promouvoir les bonnes pratiques et le bon usage des soins auprès des professionnels de santé et des usagers de santé ; d’améliorer la qualité des soins dans les établissements de santé et en médecine de ville ; de veiller à la qualité de l’information médicale diffusée ; d’informer les professionnels de santé et le grand public et d’améliorer la qualité de l’information médicale ; de développer la concertation et la collaboration avec les acteurs du système de santé en France et à l’étranger.

 

Contexte de l’intervention d’ip-label

La Haute Autorité de Santé a décliné un Plan de Continuité d’Activité (PCA) lié à la grippe H1N1. En tant qu’établissement public, la HAS a des obligations de continuité de service. Le PCA mis en place à l’occasion du risque de pandémie grippale doit également pouvoir être réutilisé dans toutes les futures situations de crise. Un des volets importants du PCA est de permettre aux 500 collaborateurs de la HAS de travailler en télétravail à leur domicile en conservant une bonne qualité de fonctionnement de leur environnement de travail.

 

Descriptif du besoin et de la prestation

La messagerie interne de la HAS est une messagerie Lotus. Dans l’architecture initiale, la solution permettait de connecter au maximum 50 utilisateurs depuis l’extérieur. Une plateforme de webmail a été développée en s’appuyant sur l’installation d’un reverse proxy afin que les 500 collaborateurs puissent accéder, en même temps et dans de bonnes conditions, à leurs mails depuis l’extérieur. La HAS voulait s’assurer de la résistance de sa plateforme webmail lorsque 500 collaborateurs utilisent leur webmail de manière simultanée.

La HAS a donc souhaité s’adresser à un prestataire externe qui puisse répondre aux objectifs suivants :

  • identifier le point de dégradation de performance et le point de rupture de la plate-forme webmail HAS,
  • identifier les points de congestion éventuels,
  • proposer des préconisations opérationnelles d’amélioration.

“ Nous sommes satisfaits de la prestation de test de charge réalisée par ip-label. Lors de cette prestation, les équipes d’ip-label ont fait preuve de réactivité et de professionnalisme. Les équipes disposent d’ailleurs d’une forte expertise dans le domaine du test de charge. ” Patrick CLEBANT, Responsable Pôle Infrastructure & Services aux Utilisateurs & Laurent MARIE, Ingénieur système et réseau.

 

Le choix du prestataire

La DSI de la HAS a rédigé un cahier des charges pour sélectionner un prestataire. La société ip-label a été retenue pour la qualité de son offre ainsi que ses références.  Par ailleurs, la HAS, déjà cliente d’ip-label, est très satisfaite du service offert et de l’expertise de ses ingénieurs. Enfin, ip-label a fait preuve d’une très forte réactivité dans un contexte où les exigences de délais étaient très importantes.

 

Le déroulement de la prestation

ip-label a mobilisé pour cette mission un consultant expert qui, en utilisant des outils spécifiques, a simulé une montée en charge sur la plateforme webmail avec deux scénarios d’usage :

  • un scénario d’usage en mode «dégradé» : tri de mails et récupération de mails sans pièce jointe,
  • un scénario d’usage en mode «normal» : récupération de mails et incluant l’ouverture d’une pièce jointe de plusieurs Mo.

Le test de résistance à la charge a été réalisé étape par étape : ip-label a injecté une charge sur le webmail qui augmente toutes les 3 minutes d’une charge de 25 utilisateurs actifs. L’avantage de la prestation ip-label est de simuler des utilisateurs « virtuels » qui sont présents sur le réseau public et qui se comportent comme des utilisateurs réels. Ces utilisateurs virtuels traversent tous les maillons de la chaine technique comme dans une situation réelle d’usage.

 

Les résultats du test de charge

Le consultant expert d’ip-label a rédigé un rapport de synthèse qu’il a présenté à la HAS.  La prestation a donné des résultats très satisfaisants dans la mesure où elle a révélé les doutes que la HAS avait sur les points de faiblesse de la plateforme :

  • une limite de sa bande passante interne qui impactait fortement la performance du webmail après un certain seuil de clients,
  • la phase d’authentification limitait la performance du fait du nombre important d’objets qui réalisait des allers et retours.

 

Les actions engagées à la suite du test de charge

A la suite de ce test de charge, le service système d’information a pu présenter des budgets pour 2010 afin d’augmenter la bande passante.

« Un des atouts de réaliser la prestation par une société tierce, neutre et indépendante est la portée des résultats. Le fait que les résultats soient portés par ip-label nous a permis de communiquer plus facilement auprès des utilisateurs et du Comité de Direction. Pour conclure, grâce à ip-label, la HAS est assurée de pouvoir assurer une continuité de service même en cas de pandémie grippale. »

 

Découvrez notre offre test de charge