Core Web Vitals : on fait table rase du reste ?

30 octobre 2020 Par Posté dans Expertise
Au printemps 2020, l’équipe Chrome chez Google a dévoilé ses travaux sur de nouveaux signaux d’expérience de la page. Ces trois ‘Core Web Vitals’ compteront pour beaucoup dans l’algorithme de recherche de Google en 2021. Cela signifie-t-il l’obsolescence des autres mesures de la performance web ? Et qu’en sera-t-il des API comme Navigation Timing ?

 

 

Core Web Vitals, de nouvelles métriques d’expérience de la page

Mai 2020 a ressemblé à un grand nettoyage de printemps pour les mesures de performance web. Au cours des dernières années, on a cherché surtout le meilleur moyen d’évaluer l’expérience utilisateur au-delà de mesurer les millisecondes entre tel point de départ et tel point de fin. Désormais, on parle d’expérience de la page.

Le premier ensemble des ‘Core’ Web Vitals (i.e. les Web Vitals qui sont au cœur de toutes les expériences web) sont le LCP (largest contentful paint), le FID (first input delay), et le CLS (cumulative layout shift). Ceux-ci mesurent respectivement l’expérience de l’utilisateur en matière de chargement de la page, d’interactivité de la page et de stabilité de la page.

 

Un nouvel algorithme pour le moteur de recherche Google

En ce qui concerne les pages de résultats du moteur de recherche, Google ajoutera ces trois nouveaux Core Web Vitals comme facteurs de classement de page dans son nouvel algorithme. En parallèle, la métrique d’expérience mobile AMP perdra de l’importance dans le classement des pages. Ce changement deviendra officiel lors de la sortie de la mise à jour de l’algorithme Google Page Experience en 2021.

Voilà pourquoi il est important de mesurer dès maintenant la performance de vos pages en termes de LCP, CLS, et FID afin de les optimiser et assurer au mieux le classement de vos pages.

 

Les timings et les autres Web Vitals vont-ils disparaître ?

Les mesures de débit de la page et les autres indicateurs techniques (tels que DOM Ready, Page Load time, DNS Lookup, TTFB…) n’ont pas été conçus pour traduire l’expérience utilisateur dans le monde réel. Les différents ‘timings’ (navigation, serveur, ressources, etc.) qui sont recueillis en laboratoire continueront à jouer un rôle ‘vital’ pour fournir des données nécessaires à l’analyse et à l’amélioration de la performance des pages web. Quand les équipes techniques regardent en profondeur les Core Web Vitals et les nouveaux signaux d’expérience de la page, ils vont trouver les ‘timings’ représentés dans les schémas ‘waterfall’.

De plus, les mesures qui représentent la qualité d’expérience mobile sont des indicateurs précieux de ce qui se passe pour les utilisateurs web sur tablettes et smartphones. Le fait que l’AMP aura moins de poids dans le nouvel algorithme de Google ne veut pas dire que la performance des pages mobiles n’aura soudainement plus d’importance !

 

Sur le terrain et au labo : le RUM et la supervision active

On collecte des mesures à partir de deux sources : sur le terrain et au laboratoire. Idéalement ces deux sources se conjuguent pour livrer l’image la plus précise de la performance. C’est pourquoi nous avons la supervision des utilisateurs réels (RUM pour ‘real-user monitoring’) qui capte l’expérience de la page dans le monde réel, et la supervision active qui exécute des campagnes de tests reproductibles en laboratoire. Les tests en laboratoire fournissent des mesures techniques comme les ‘timings’ et autres. Et inversement, le RUM nous donne des indicateurs de l’expérience de la page par l’utilisateur.
Mesurer sur les deux fronts à la fois n’est pas forcément complexe. Il convient d’utiliser le bon outil, c’est-à-dire, un outil qui recueille les mesures :

  • sur le terrain, à partir de véritables terminaux,
  • et en laboratoire, avec une haute représentativité.

Le tableau ci-dessous montre ce que vous pouvez obtenir à partir d’outils généralement disponibles sur le marché :

Tableau-Comparatif-Core-Web-Vitals

Demandez à nos experts de la performance web ce que Ekara peut faire pour vous. Ils vous montreront comment mesurer les nouveaux Core Web Vitals, dans n’importe quel environnement technique et contexte utilisateur.

 

LCP, FID, CLS : une évolution, non pas une révolution

Le programme Web Vitals de Google signifie-t-il la fin des mesures de performance Web telles que nous les connaissons ?

La réponse est non.

Les Core Web Vitals et la mise à jour de l’algorithme Google Page Experience attribuent de la valeur à la satisfaction des visiteurs d’une page. Ces nouveaux signaux sont à l’étude, et sont appelés à évoluer. Il n’est en aucun cas question d’effacer les métriques que nous utilisons pour améliorer la performance technique. La pertinence du contenu de la page ne sera pas négligée non plus dans le classement des résultats de recherche.

Google est le géant incontesté du marché, mais ce n’est toujours pas le seul moteur de recherche qui existe. D’autres ont leurs propres valeurs et leurs propres approches qu’ils continuent à défendre et à faire évoluer. De plus, si les navigateurs Chromium, qui supportent nativement les Web Vitals, représente la plus grosse part du marché des navigateurs, ils ne sont pas non plus seuls au monde. En 2021, il sera toujours aussi important de mesurer toute expérience des pages via tous les moteurs de recherche, sur PCs et terminaux mobiles utilisant tout navigateur – n’oublions pas Safari – et toutes les versions de navigateurs, qu’ils intègrent ou non (pas encore) les API pour restituer les Web Vitals de Google.

 

Plus d’informations dans le replay de notre webinar sur les Core Web Vitals.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié